L'importance des aînés

Les aînés prennent une place de plus en plus essentielle au Canada.

Dans les faits, c'est la première fois que la population des Canadiens âgés de 65 ans et plus surpasse celle des moins de 15 ans.

Quelque 5,8 millions de Canadiens ont 65 ans et plus, ce qui représente environ 16 % de la population.

D’ici 2036, près d'un Canadien sur quatre sera un aîné.

Tant pour les hommes que pour les femmes, la vie est très différente selon que l’on a 65, 75 et 85 ans ou plus. Ajoutons à cela les variations ethniques, la géographie, l'éducation et le statut socio-économique - faisant en sorte que les défis de prendre soin efficacement de nos aînés deviennent encore plus complexes. Tenons compte aussi que la majorité des aînés souffrent d’au moins une maladie chronique et prennent jusqu'à cinq médicaments différents.

Malgré cette situation, le financement de la recherche pour nous aider à mieux comprendre les besoins complexes de notre population âgée reste largement insuffisant.  

C'est pourquoi la Fondation, avec le soutien d'ERO/RTO, a financé la création de la Chaire de médecine gériatrique ERO/RTO. C’est aussi la raison pour laquelle nous continuons de recueillir et d'investir des fonds dans la recherche axée sur le vieillissement.

Cliquez ici pour en apprendre davantage sur les subventions versées par la Fondation à la recherche sur le vieillissement.

Mais c'est insuffisant pour prendre soin de nos aînés plus âgés. Tout comme la société, les aînés peuvent progresser lorsqu’ils sont véritablement engagés dans leur milieu.   

Selon le Conseil national des aînés « Le principal problème auquel sont confrontés les aînés canadiens à l’heure actuelle est de rester actif et de combattre l’isolement social. »

 

C'est pourquoi la Fondation a fait de la recherche et de la formation en gériatrie et en gérontologie sa principale préoccupation, tout en s'attaquant à la réalité troublante des aînés qui se retrouvent isolés socialement.